fbpx

Détox du sucre : effet de mode ou réel bienfait ?

Le sucre sous forme de glucose constitue le carburant de notre organisme. En revanche, sous forme raffinée, en morceau, en poudre ou assimilé à notre alimentation, il est particulièrement nocif.

Et pourtant cette douce poudre blanche, nous rappelle notre enfance, nos anniversaires avec la farandole de gâteaux, de bonbons et les bons moments passés en famille.

Le sucre est le symbole de la douceur, des odeurs de barbe à papa à la fête foraine. Bref, de l’insouciance.

Mais l’addiction au sucre est devenue un véritable problème de société qui engendre bien des pathologies. C’est pourquoi la détox du sucre provoque de réels bienfaits. Mais comment faire pour vous sevrer du sucre facilement ? Voyons ensemble son mécanisme au cœur de votre organisme.

Les différentes terminologies du sucre

Le sucre apparaît sous différentes terminologies. Plus d’une cinquantaine en réalité !

Il y a : Les sucres, le sucre et les glucides.

Les sucres

Les sucres incluent tous les monosaccharides et les disaccharides. On les trouve dans les fruits, légumes et produits laitiers.

Le sucre

Lorsque l’on évoque « le » sucre, il s’agit du saccharose extrait de la canne ou de la betterave à sucre et qui sert comme additif dans notre alimentation.

Les glucides

Les glucides comprennent les sucres, les amidons et les fibres. Ils représentent une source d’énergie pour notre organisme.

Depuis quand consomme-t-on du sucre ?

Pour la petite histoire, en 325, avant JC, un explorateur du nom de Néarque est en charge d’établir une nouvelle route maritime entre le fleuve Indus et le Golfe Persique. C’est au cours de ce périple qu’il découvre le sucre et en révèle son existence : « Roseau donnant du miel sans le concours des abeilles ».

Ce n’est qu’en 1683, que les premières plantations de canne à sucre voient le jour dans les Antilles Françaises.

Au 18ème siècle, le sucre devient un élément majeur du commerce. En 1843, on produit le premier morceau de sucre.

Depuis la folie du sucre s’est emparée du monde, il faut tout de même savoir qu’à la base, la canne à sucre était destinée à engraisser les porcs…

Peut-on y voir une corrélation, avec le fléau de l’obésité ? Probablement !

Les dangers du sucre pour la santé

Le sucre est indispensable pour notre organisme, mais son abus est délétère et est devenu un véritable problème de société. En un siècle, nous sommes passés d’une consommation de 5 kilos par an, à plus de 35 kilos par an et par personne.

Les USA, consomment plus de 120 grammes de sucre par jour soit plus de 20 morceaux de sucre, selon Euromonitor, plus de deux fois la norme recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé. Quasiment le double des quantités consommées en France et près de huit fois plus qu’en Chine.

Malheureusement des pays comme le Brésil ou le Mexique, se rapproche dangereusement des scores du géant américain.

Les enfants consomment très tôt des produits sucrés et deviennent dépendants, tant physiquement que psychiquement. Le sucre est partout, dans les gâteaux et les sodas bien sûr, mais aussi dans les produits salés, comme les conserves ou les plats cuisinés.

Ses dangers sont multiples.

L’obésité est la conséquence la plus directe et visible. Il provoque aussi du diabète, favorise l’hypertension et les maladies cardiovasculaires en augmentant les taux de triglycérides et de cholestérol. On le soupçonne d’être un facteur aggravant de certains cancers (estomac, pancréas, côlon, utérus et sein).

Le sucre affaiblit nos défenses immunitaires en détériorant notre flore bactérienne vivant dans l’intestin. Il incite aussi la fermentation intestinale, créant ainsi un milieu propice au développement de mycoses intestinales.

Le sucre engendre également une oxydation prématurée des cellules qui se traduit par un vieillissement de tous les tissus, dont la peau. Il a tendance à ramollir l’organisme qui ressent une fatigue plus ou moins continue.

Pour ce qui concerne les dents, l’effet du sucre est tout simplement catastrophique ! Les bactéries en raffolent et les problèmes de dentition depuis les années 60 connaissent une augmentation exponentielle.

L’abus de sucre provoque des pathologies qui, elles-mêmes, engendrent d’autres maladies graves. L’obésité par exemple est ravageuse pour le cœur, les articulations, les problèmes de mobilité, etc.

Les faux sucres ou édulcorants

Avec la multiplication des problèmes de poids, les fabricants de produits alimentaires ont mis au point des édulcorants qui permettent de consommer leurs produits sans modération, et sans « mauvaise conscience ».

Ces sucres de synthèse reproduisent l’effet du goût sucré. Ils existent en poudre, liquides ou comprimés (sucrettes). Un pouvoir sucrant extrême, sans les calories.

Le rêve absolu pour un industriel !

C’est pourquoi vous trouvez de nombreux produits « light » ou « zéro », comme les sodas, bonbons, compotes, crèmes glacées, yaourts, biscuits etc.

Sachez, qu’il n’y a absolument aucun bénéfice à consommer des faux sucres.

Votre corps ne va plus savoir ce qu’il doit faire et vous allez encore stocker davantage.  D’autre part, la recherche du gout sucré, ne va pas vous aider dans votre objectif de décrocher de cette addiction.

Pour avoir un poids de forme et un corps fonctionnel, il est toujours conseillé de s’alimenter le plus naturellement possible.

La dépendance au sucre

Vous avez des envies de sucre que vous avez du mal à maîtriser ?

Alors vous avez développé une addiction au sucre, sans vous en rendre compte. Il peut s’agir d’une dépendance créée dès votre enfance ou l’effet secondaire de votre régime alimentaire qui ont reprogrammé votre cerveau. Il peut également s’agir d’une carence en nutriments.

La perception du sucre par le cerveau

Plusieurs zones de votre cerveau jouent un rôle important dans la sensation d’envie. L’hippocampe en forme de fer à cheval, situé dans votre lobe temporal, est responsable de la fabrication des souvenirs à court et long terme et joue un rôle important dans le comportement de recherche de récompense.

Dans chaque hémisphère de votre cerveau, il y a un noyau caudé, qui influence le comportement de recherche de récompense, mais qui est également responsable de la formation de nouvelles habitudes – bonnes et/ou mauvaises – comme grignoter dès que vous passez la porte après le travail, et cela même sans vous en rendre compte.

Ces habitudes ressemblent davantage à une réaction conditionnée, ce qui signifie que même après une demi-journée de travail, vous avez envie de grignoter. Les habitudes formées par le noyau caudé sont difficiles, mais pas impossibles, à rompre.

L’insula, qui fait partie du cortex cérébral, produit des émotions en réponse à une expérience sensorielle. La simple pensée de céder à votre envie, fait monter le taux de dopamine dans votre cerveau.

Et bam, vous avez envie de chocolat !

Le rapport entre l’envie de sucre, les protéines et les glucides

Les protéines et les graisses ralentissent la libération du sucre dans le sang. SI vous n’en consommez pas suffisamment, votre taux de sucre diminue à un rythme anormal et votre corps réclame une énergie rapide provenant du sucre.

Il en va de même pour les glucides : ils pénètrent rapidement dans le sang, ce qui augmente le taux de sucre dans le sang, puis, mécaniquement le taux d’insuline. Sans fibres, protéines et graisses dans votre alimentation, les glucides simples ne vous rassasient pas et vous en voulez toujours plus.

Les mauvaises habitudes favorisant les envies de sucre

Vos habitudes de sommeil peuvent également être à l’origine de fringales. Une seule nuit de mauvais sommeil peut diminuer la fonction cérébrale supérieure du cerveau – la partie du cerveau responsable des jugements et des décisions complexes – ce qui entraîne des fringales de malbouffe le lendemain.

Pourquoi ? Votre horloge interne joue un rôle important dans la gestion des hormones ghréline et leptine, qui favorisent et suppriment la consommation de nourriture. Un sommeil anormal peut donc vous être préjudiciable.

L’effet du sucre sur votre état d’esprit

La dépression ou la mauvaise humeur affectent mentalement et physiquement les envies de sucre. La consommation de sucre augmente la sérotonine, un neurotransmetteur qui régule l’humeur, l’appétit, la mémoire et le comportement social. Comme le sucre augmente la sérotonine, vous vous sentez plus heureux, temporairement. Votre cerveau réclame alors cette substance chimique qui vous euphorise.

Les carences en minéraux

Une carence en fer vous prive d’énergie, vous laissant fatigué et faible. Votre corps a besoin d’une énergie rapide pour se régénérer. Les déséquilibres en calcium, zinc, chrome et magnésium peuvent également se manifester par des envies de sucre.

Ces minéraux essentiels aident à maintenir l’état d’hydratation. Lorsque vous n’êtes pas correctement hydraté, l’envie de sucre se mêle par erreur à la soif.

La détox du sucre

Plutôt que d’utiliser du faux sucre, il est davantage recommandé de se passer de sucre ajouté. Celui que notre organisme puise dans l’alimentation suffit pour fournir le carburant nécessaire à votre organisme, sans compter que les protéines et les lipides recèlent aussi une source d’énergie. En éradiquant le sucre industriel ajouté dans l’alimentation, vous évitez les pics glycémiques. Votre naturopathe peut vous aider à vous libérer du sucre.

Vous devez commencer par éliminer le sucre que vous ajoutez dans votre café, vos yaourts ou tout autre dessert. Vous devez aussi prendre l’habitude de lire les étiquettes des produits alimentaires industriels. Tous, même les plus salés, ajoutent du sucre : les plats préparés, comme les cassoulets, raviolis ou autres petits salés aux lentilles sont exagérément sucrés. La palme du sucre caché revient sûrement au ketchup.

Vous n’êtes pas obligé de tout supprimer du jour en lendemain. Vous pouvez diminuer progressivement et utiliser des substituts naturels. Le sirop d’érable peut faire la transition, tout comme le miel d’Acacia ou de Châtaignier. Attention au miel, vous devez être certain de sa composition. Les miels vendus en grande surface sont souvent des produits de synthèse. La Chine est même capable de produire du miel sans qu’aucune abeille ne soit mise à contribution. C’est « végan », certes, mais du point de vue sanitaire, ça relève de l’expérimental !

Une fois que vous vous serez habitué à manger sans sucre, vos papilles vont retrouver des nuances que vous-même aviez oublié. Vous trouverez au contraire à la limite de l’outrage d’ajouter du sucre dans du café ou ailleurs. Mais c’est surtout votre cerveau qui va se déprogrammer et ne plus vous réclamer du sucre à votre insu.

Prenez l’habitude de débuter la journée avec un petit-déjeuner salé. Vous pouvez manger un fruit de saison pour commencer. Puis, choisissez des céréales complètes naturelles ou sans gluten, tel que les flocons d’avoine sans gluten (pas de corn flakes sucrés bien sûr) avec un peu de lait d’amande sans sucre ajouté, des noix et des protéines de chanvre. Ou alors, des œufs (cuits à la coque), ou un peu de viande froide ou des sardines ou du fromage de chèvre ou de brebis avec une crudité et des bonnes huiles (Noix, Olive, Colza). Vous voilà rassasié pour la matinée. Votre petit déjeuner doit toujours comporter des protéines et des graisses de qualités.

Exemple de petit déjeuner

En vous passant du sucre ajouté, vous retrouvez de l’énergie, ainsi qu’une silhouette plus affinée. Votre peau retrouve son éclat et votre hygiène bucco-dentaire en sera transformée. Vous allez également améliorer votre santé cardio-vasculaire, faire baisser votre tension et réhabiliter votre système immunitaire.

L’effort à produire est plus léger que vous ne pouvez le penser et, une fois les bonnes habitudes prises, vous vivrez beaucoup mieux.

Ma sélection de livres sur le sujet

partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Des kilos
en
trop ?

Recevez notre guide OFFERT et perdez du poids rapidement !

A quelle adresse voulez-vous recevoir le livre numérique offert ?

Votre email est collecté pour vous faire parvenir nos nouveaux articles, nouvelles vidéos et nos offres commerciales, dans le strict respect de la réglementation européenne sur la collecte des données. La politique de confidentialité est accessible depuis un lien situé en bas de cette page.